http://www.lafrancequiose.fr/wp-content/uploads/2017/05/ag-2017-600x435.jpg

 

 

« La France qui ose » est un jeune mouvement politique, lancé en avril 2016.
Avec 50.000 sympathisants et 100 comités départementaux, il s’est constitué comme une coopérative ouverte à des mouvements citoyens de tous bords.

PROMOUVOIR LA FRANCE RÉELLE

Face à une aristocratie politique qui a confisqué le pouvoir pour en vivre, La France qui ose a pour ambition de privilégier la société civile dont elle promeut les talents dans les assemblées locales comme nationales.

Mouvements régionalistes, partis écologistes, mouvements entrepreneuriaux, partis citoyens constituent le socle de La France qui ose, incarnation de la France réelle.

Dans un contexte historique de basculement d’un système politique arrivé au bout de lui-même, la France qui ose fait partie des premiers refondateurs.

J’ ai choisi de déclarer sa candidature à la présidence de la République française un 21 avril en référence à l’année 1944 quand les femmes de France ont eu le droit de vote et celui d’être élues ainsi qu’au « séisme » de l’année 2002 dont les répliques perdurent depuis 15 ans pour proposer aux Français un nouveau choix, et non un vote par défaut.

Nous voulons sortir la France de cette prise d’otage de notre démocratie qu’est devenu le front républicain. Appeler à voter contre Le Pen ne suffit plus ! Cette frustration mine la démocratie. La France qui ose ambitionne de redonner aux Français l’envie d’un choix positif, clair, radical.

Avec La France qui ose, nous avons la conviction que ceux qui sont à l’origine des problèmes de la France ne peuvent pas faire partie de la solution. Ils sont pour la plupart responsables de n’avoir rien fait par manque de courage.

Le changement ne viendra que de l’extérieur. De vous.

Vous êtes le recours !

Les solutions ne sont ni en Corée ni en Finlande que nos hommes politiques prennent en exemple pour nous donner des complexes, elles sont en France, chez nous.

UN PROJET DE TRANSFORMATION RADICALE

Pour cette France-là, clairement innovante, l’enjeu n’est pas de déconstruire davantage mais de construire une nouvelle société. Pour la transmettre demain. Encore faut-il que nous sachions la société que nous voulons. Qui sommes-nous ? Quelle France souhaitons-nous ? Où voulons-nous aller ? Comment ? Dans de telles conditions, le débat ne peut se résumer à la question des 35 ou des 39 heures ! 

C’est une nation qu’il faut rebâtir. France du libre choix, société de la coopération, économie du partage, République de la confiance, société-providence, puissance médiatrice, telles sont les directions à privilégier. C’est d’un projet de transformation sociale à long terme que la France a besoin. Un projet écologique, entrepreneurial, gaulliste et solidaire.

http://www.lafrancequiose.fr/wp-content/uploads/2017/05/Photo-RY-600x400.jpg

Notre combat est collectif.

Nous en appelons à la mobilisation de la France des oubliés, des sacrifiés de la démocratie, des invisibles de la République, de ceux qui sont écartés des décisions, de ceux qui n’ont hérité de rien, à qui La France qui ose propose de renouer avec l’ascenseur social qui a permis à tant d’enfants, par le passé, de briser les plafonds de verre que la naissance impose et de faire appel de leur condition.

Au nom de la génération qui vient.

Au nom de la France.

Sa banalisation est insupportable.

ENFIN LA FRANCE

La France n’est pas finie.

Elle n’est jamais meilleure que lorsqu’elle est dos au mur.

Nous ne sommes pas n’importe quel pays.

Le moment est venu pour la France de gagner confiance, de reprendre en main son destin, de retrouver son leadership moral sur le monde !

Face à l’axe Poutine-Trump, elle est rappelée à ses devoirs. Face à l’atonie de l’Europe, elle doit en redevenir le phare.

 A condition de cesser de faire les guerres de l’Amérique et d’opposer à la finance mondiale sous pavillon américain, le modèle de l’universel, des droits de l’homme, des libertés, de la démocratie, du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, de la culture, de la francophonie, de la transition écologique.

Il est également de sa mission d’être la référence des mouvements de solidarité internationale : où étions-nous lorsque les femmes du monde arabe en lutte pour leur liberté criaient « dégage » en français, elles qui, sans rancune malgré tout, ne retinrent pas leur « Je suis Charlie » quand nous avions besoin de l’entendre ?

 

Sur ce chemin, la France devra plaider pour un système financier international plus transparent et vertueux et tourné vers une économie du partage où les rentiers de la finance ne pourront plus brider les innovateurs, où l’Etat ne devra plus étouffer l’entreprenariat, où le plein emploi ne sera plus une utopie grâce aux nouvelles opportunités économiques, où la transition écologique, défi principal du nouveau siècle, ne sera plus une contrainte mais un impératif économique et une exigence morale. Elle devra également porter son message de raison au cœur de cette révolution culturelle que sont le numérique, l’intelligence artificielle, la médecine prédictive, les bio et nano-technologies, la robotique, cet avenir qui se dérobe aujourd’hui aux Français et ne leur permet pas de savoir de quoi demain sera fait.

http://www.lafrancequiose.fr/wp-content/uploads/2017/05/ag3-2017-600x400.jpg

 
 
Je veux tranquilliser les anciens pour qu’ils se rassurent sur le fait que la France continuera après eux, les jeunes pour qu’ils aient confiance sur le fait que l’avenir se construira avec et pour eux.

Françaises, Français, une nouvelle espérance est possible. Rejoignez la France qui ose !

 « Nous partîmes à cinq-cents et par un prompt renfort…. ».

Françaises, Français, avec La France qui ose, soyez ce prompt renfort….

  

Rama Yade

Présidente de La France qui ose