la-france-qui-oseCOMMUNIQUÉ DE PRESSE

DE RAMA YADE

CANDIDATE A LA PRÉSIDENCE

DE LA REPUBLIQUE

 

Paris, le 8 octobre 2016

RAMA YADE EN AFRIQUE :

POUR UN NOUVEAU PARTENARIAT AVEC LA FRANCE

 

Du 1er au 7 octobre 2016, Rama Yade s’est rendue à Dakar et à Abidjan où elle a été reçue en audience par M. Macky Sall et M. Alassane Ouattara, respectivement Président de la République du Sénégal et Président de la République de Côte d’Ivoire. Elle tient à les remercier pour la chaleur exceptionnelle de leur accueil. Elle a également rencontré au Sénégal M. Kaba, Ministre de la Justice et Mme Tall, Présidente du Conseil économique, social et environnemental ainsi que les cadres de l’Alliance pour la République (parti présidentiel), et en Côte d’Ivoire M. Soro, Président de l’Assemblée nationale et M. Bakayoko, Ministre d’Etat de l’Intérieur. Elle a tenu en ouverture de sa visite à se recueillir à Grand-Bassam en hommage aux victimes de l’attaque terroriste du 13 mars 2016.

L’objectif de ce déplacement était d’inciter la France à changer son regard sur le continent africain. A travers ses rencontres avec les start up (CTIC, Dakar Business Hub, Africa Web Festival…), les associations de femmes entreprenantes (Sigueel Djiguen, association des femmes juristes…) et les sociétés mondialisées, elle est allée à la rencontre de cette Afrique innovante et entrepreneuriale, nouvel atelier du monde dont les taux de croissance tirés par des facteurs endogènes (9,5% en Côte d’Ivoire et 6,5% au Sénégal sans parler du fait que ces dix dernières années, six des dix économies à plus forte croissance dans le monde étaient africaines) et l’émergence d’une classe moyenne connectée de 400 millions d’Africains, bouleversent la planète. Surtout, elle connaît une révolution technologique jamais vue ailleurs dans le monde avec une croissance annuelle de 44% de la téléphonie mobile, dix fois plus que les prévisions. Elle en a tiré la conclusion que l’Afrique, évoluant désormais de plain-pied dans la mondialisation, n’attend plus d’aide mais des investissements. L’Afrique a désormais d’autres ambitions que ce qui a toujours fondé la politique africaine de la France. Nouvelle terre d’opportunités convoitée par les anciennes comme les nouvelles puissances (les échanges avec l’Inde ont été multipliés par 30 en 10 ans alors qu’ils n’avaient été multipliés que par 20 avec la Chine), elle n’entretient plus d’ailleurs de rapport d’exclusivité avec la France, ce qui immanquablement oblige celle-ci à changer sa relation avec le continent africain. Après la décennie perdue, l’Afrique est enfin bien partie. Il est clair que face à la concurrence acharnée qui l’a dramatiquement fait reculer sur le continent, elle ne dit plus rien à l’Afrique qui, elle, fait sa vie loin d’elle, ni fâchée ni attristée mais simplement indifférente.

Pour reconnecter avec l’Afrique, la France doit maintenant faire sa révolution. La dimension mémorielle est un premier pas. C’est la raison pour laquelle Rama Yade a tenu, dès son arrivée à Dakar, à se recueillir au cimetière des tirailleurs de Thiaroye et a appelé à un acquittement total de ces suppliciés qui, en 1944, n’avaient rien fait d’autre que de réclamer leur solde après avoir libéré la France. Une journée commune en leur mémoire au Sénégal et en France pourrait être instituée pour en finir avec les tabous d’une histoire commune.

Pour connaître les propositions de Rama Yade en Afrique, consulter le site www.lafrancequiose.fr

ContactAnnie Hugon : 06 82 59 95 54  – (annie.hugon@lafrancequiose.fr)

Siège de campagne de Rama Yade : La France Qui Ose – 65 rue de Lévis – 75017

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>